Stade Bordelais © Marie-Laure Julian

Quel est votre bilan à la trêve ?

C'est un bilan meilleur que l'an passé car on compte plus de victoire que la saison dernière. Le club essaie de se construire sur la base de valeurs auxquelles on ne veut pas déroger. De temps en temps, en faisant ainsi, on se met des limites. Car pour nous la dynamique de groupe est plus importante, même si les qualités individuelles des joueurs peuvent être moindres. Mais, le club avance.

Quelles sont vos satisfactions ?

C'est de réussir à proposer quelque chose de cohérent dans la solidarité, l'engagement et dans la durée malgré toutes les difficultés. Les joueurs ne lâchent pas. Je suis content car on intègre quelques jeunes du club lors de matchs de National 2. D'autres sont sur la bonne voie.

Et vos déceptions ?

L'absence de certains cadres sur le début de saisons nous a empêché de prendre des points pour être un peu plus tranquilles. Cela aurait pu nous permettre de travailler le projet sportif de manière plus globale et d'être plus serein dans la course au maintien. Nous avons du mal à être plus réguliers dans les résultats. Le club aimerait que cela avance plus vite.

Comment abordez vous la deuxième partie de saison et avec quels objectifs ?

On y va avec appétit et l'objectif de maintien. Il faut prendre des points et préparer les saisons à venir.

Est-ce qu'il y aura des ajustements dans le groupe ?

Nous avons connu quelques départs. On espère une arrivée sur le flanc gauche. Peut être un joueur moyen mais qui correspond à ce que je veux en terme de valeur.