© Marie-Laure Julian

Quel est votre bilan à la trêve ?

En terme de points pris, c'est moyen mais l'investissement des joueurs est très bon. On a pris conscience des exigences du niveau tardivement. Il nous manque 2/3 points.

Quelles sont vos satisfactions ?

Nous avons été rarement surclassés. Mis à part à Lège Cap Ferret où nous sommes tombés contre une grosse équipe, nous avons perdu nos matchs de très peu. Cela donne de l'espoir pour la deuxième partie même si on sait que ce sera très compliqué. On sait ce qu'il faut faire pour le maintien.

Et vos déceptions ?

Le nombre de buts encaissés. Nous sommes la plus mauvaise défense. Nous travaillons là-dessus. Je pense que les joueurs n'ont pas pris conscience que tardivement des qualités des adversaires. Certaines erreurs en N3 ne passent pas comme en R1 ou R2. Il nous faut plus de rigueur défensive.

Comment abordez vous la deuxième partie de saison et avec quels objectifs ?

Il fait vite gagner pour mentalement être forts. Le maintien passera pas l'investissement mental. Il faut vite remplir les exigences défensives. C'est le plus gros chantier. Il ne faut rien lâcher. L'esprit cestadais peut continuer de renverser des montagnes. Mais plus le niveau augmente, plus il faut des qualités. Je n'ai rien à reprocher en terme d'investissement mais nous manquons d'expérience et de talents. Et cela ne s'achète pas en grande surface. On sait qu'on va lutter jusqu'à la dernière seconde de la dernière journée. Nous sommes préparés à ça.

Est-ce qu'il y aura des ajustements dans le groupe ?

Pour nous c'est compliqué. Nous pourrons compter sur le retour de blessure de Bilal Mouhsine. Mais nous avons perdu Dupuy qui est indisponible pendant 3 mois. Nous allons compter sur le groupe en place pour obtenir le maintien. Il y aura peut être des révélations dans les jeunes du club. Mais les portes sont ouvertes dans le cas d'opportunité. On ne recherche personne mais si un buteur veut venir nous rejoindre...