Comment préparer physiquement une équipe lors de la dernière ligne droite ?

La préparation physique de fin de saison se compose en fonction de la situation de l’équipe. Ce n’est pas la même chose de jouer le maintien, la montée ou alors de ne plus rien jouer. On sait très bien que les joueurs n’aiment pas la préparation physique et le renforcement musculaire. Une équipe qui joue la montée sera plus apte à travailler qu’une équipe qui est sur un cycle de défaites et qui joue le maintien. Sur le contenu, il faudra que ce soit plus ludique dans cette situation. Il faut aussi prendre en compte que nous sommes en fin de saison et que les joueurs ont débuté la préparation depuis fin juillet. Cela fait donc 10 mois, et plus de 100 séances. C’est un gros volume. Et ils en ont marre de la préparation physique. Il est donc important de baisser le temps des séances mais augmenter l’intensité.

Comment doivent être organisées les séances ?

Il faut allier des séances sans et avec ballon. Il y a possibilité de mixer le jeu réduit, les oppositions 4/4, 2/2. Il faut aller chercher la fraicheur de travail avec des sprints, sauts…

Sachant qu’on est en fin de saison et que les organismes n’ont plus beaucoup d’énergie et qu’il faut donc l’optimiser ?

C’est ça. Il faut essayer de garder cette réserve pour accentuer le travail d’effort explosif : sauts, franchissements de haie… Mais aussi travail de finition devant les buts. Il est important d’être le plus ludique possible afin que les joueurs ne voient plus trop le côté physique.

Est-ce que sur cette dernière ligne droite, le risque de blessure physique est plus important ?

Tout va être en relation avec le contenu de la séance. La préparation physique a commencé depuis juillet / août. Aujourd’hui, il y a plus de fatigue. Il y a tout de même moins de risque qu’en hiver, avec terrain gras et températures basses. Il faut redoubler de vigilance dans le travail de prévention par du renforcement et prendre soin des petits bobos. On a couvert tout au long de la saison tous les aspects physiques. On peut donc mixer le contenu énergétique, le travail de vitesse, d’explosivité et de renforcement musculaire. Il faut préférer le maintien de la préparation physique que son développement. En fin de saison, il faut réduire l’impact et capitaliser sur ce qu’on a réalisé avant. C’est l’inverse du début de saison où on crée les fondations.

D’ailleurs, la fin de saison arrive à grand pas. Le temps sera venu pour les joueurs de se reposer. Combien de temps maximum pour un relâchement total ?

Pour un joueur qui a joué toute la saison, cela peut être de 15 jours à trois semaines maximum. A partir de 15 jours de relâchement, il peut reprendre les activités comme nager, marcher, du tennis avant de reprendre la course au bout de trois semaines afin de pouvoir développer le travail aérobie et de renforcement musculaire jusqu’à la reprise. D’ailleurs, les joueurs ont généralement un programme à réaliser.
Il faut en tout cas les laisser souffler physiquement et mentalement. Même s’ils ne sont qu’amateurs, ils sont largement concernés par leur saison sportive.
Par contre, pour un joueur qui a peu joué à cause de blessure ou qui est en phase de reprise en fin de saison, il n’y a pas d’intérêt à couper mais plutôt de continuer le travail et le renforcer les aspects qui lui ont couté cette blessure. Un joueur blessé qui arrête puis reprend ne se situe pas dans une situation idéale.

Vous abordez le fameux programme d’intersaison qui est distribué par les entraîneurs. Quels sont les risques pour un joueur de ne pas le respecter ?

Il y a beaucoup d’aspect. Un joueur qui aspire à progresser verra un frein à sa progression. Il faut savoir qu’on perd plus rapidement que l’on gagne de la condition physique. Ce sera donc plus compliqué à la reprise. Il y a aussi le risque de blessures si le joueur n’est pas prêt. Les entraîneurs prennent en compte qu’une partie de leur effectif ne font pas ou peu ce programme. La première semaine est souvent nécessaire pour remettre tout le monde à niveau afin d’essayer d’avoir un niveau de forme homogénéisé. Mais on ne va pas résoudre en une semaine les retards. Mais il sera fait en sorte de prendre en fonction cet élément afin de prévenir le risque de blessure, de réduire les inégalités pour avoir un maximum de joueurs disponibles et prêts dès le premier match. Au SA Mérignac, on essaie d’être compétitif dès les premiers tours de la coupe de France avec un maximum de joueurs disponibles. Le programme n’est pas fait pour embêter les joueurs mais en prévention de la saison. Il ne faut pas les surcharger et gérer intelligemment le contenu :renforcement musculaire, course à pied, vélo. Pour ceux qui veulent continuer le travail, il ne faut pas qu’ils hésitent à faire appel à des professionnels - préparateur physiques ou coachs sportifs - pour ne pas arriver blessé ou alors se fatiguer  ; ce travail doit être bénéfique pour entamer la nouvelle saison.

Contacts

Téléphone : 0617611860 MZ Performance santé MZ Performance santé