La saison passée,  dans une poule serrée, les protégés de Jean-François Raoul ont su décrocher la montée en élite régionale : "cela faisait 5 ans qu’on courrait derrière. On était le bon élève de la R2 mais on n’y arrivait pas pour plusieurs raisons. La première année, on avait failli puisqu’à la 90contre nos amis mérignacais, on était en R1 et à la 92e, on n'y était plus. On n'a pas bien digéré cela. Chaque saison, on était des bons élèves jusqu’en mars et après, on tombait à l’eau. L’année où Mont de Marsan et Saint Médard  en Jalles montent, en mars on a deux points de plus sur Mont de Marsan et on fait un match catastrophique contre FC Graves. On perd 3-0, on finit à 9 et on pète complètement les plombs. Mais, on a continué à travailler". Il faut dire que le club avait subi pas mal de traumatismes un an plus tôt avec des soucis financiers et une relégation administrative suite au redressement judiciaire prononcé. Jean-François Raoul a eu un sacré challenge à relever puisque 23 départs ont eu lieu durant l'été 2014, ce qui n'a pas empêché le club de la banlieue bordelaise de jouer les premiers rôles.

Alors, cette montée obtenue en mai dernier est une fierté pour le technicien : "sans être brillants mais avec le travail, on est passé devant Morlaas, Lescar et Lège Cap Ferret, de belles équipes bien coachées. On a peut-être été plus sérieux, plus malins, plus chanceux... C’est une grand fierté car quand je suis arrivé à Blanquefort, on m’a demandé deux choses : remettre de la communication dans le club et d’essayer de ramener Blanquefort en R1. Je ne pensais pas que cela mettrait autant de temps. C’est une bonne bande de copains avec de bons joueurs; qui acceptent l’exigence et la rigueur que j’impose, car je reste persuadé qu’on peut avoir de la convivialité tout en ayant de la rigueur".

Depuis juillet dernier, le groupe se prépare à attaquer en régional 1, avec d'entrée la réception de Portes Entre Deux Mers. La préparation n'a pas été simple : "j’ai durci la préparation. Je sens les joueurs impatients de commencer cette aventure. On va essayer de ne pas être la plus mauvaise équipe et de pérenniser le club à ce niveau, tout en essayant de ne pas faire la même bêtise que l’an passé pour la réserve qui est descendue pour un but. Il faut essayer de la remonter en R3 car tous nos U19 sont restés. Blanquefort doit avoir des U19 et U17 en R1, une réserve en R3 et une équipe première en R1. Ce club a des infrastructures intéressantes. Il reste un gros chantier mais aussi une grosse cicatrice sur les saisons passées. J’ai peur que sportif aille peut être plus vite que l’administratif. Je ne voudrais pas entendre qu'on est monté mais on n’était pas prêts. Lors d'une formation à la ligue, j'ai entendu un éducateur on est monté trop vite. Je ne veux pas que ça nous arrive. Ce message m’a interpelé. Il faut être vigilent. Il faut savourer mais le staff doit être attentif".

Pour cette saison en élite régionale, Jean-François Raoul a tenu à faire confiance aux joueurs qui ont obtenu la montée. C'est pourquoi peu de joueurs ont déjà joué en régional 1. "Depuis que je suis arrivé, explique-t-il, je récupère des joueurs R3/R4 afin de les amener au niveau. Ils jouent avec leurs qualités. On n'est pas beaux à voir jouer mais on est efficaces. On est vaillants. Ce sont de bons guerriers. Je leur avais promis que si on montait, je ne leur mettrait pas des mecs dans les pattes. Ils ont gratté cette montée, c’était leur rêve de jouer en R1, alors ils joueront en R1. Ils le méritent".