Lors de l'intersaison, Laurent Abribat quittait Cestas. Il part avec le regret d'une relégation mais de nombreux moments de bonheur avec ce club. S'il reconnaît que sa décision n'a pas été facile à prendre, il ajoute que "cela faisait 5 ans que j’étais à Cestas et j’arrivais au bout de ce que j’avais pu faire avec une saison extraordinaire et la montée en N3. J’aurai préféré rester sur un maintien, qui aurait été atteint si la deuxième équipe du club phare de la région s’était maintenue. Quand on voit que la réserve de Pau a été maintenu administrativement on se dit qu’on est pas passé loin. Maintenant un miracle ne se produit qu’une fois... C’était la montée. Il en fallait un autre pour se maintenir mais on n’a pas pu réaliser. Je ne pouvais pas demander plus aux joueurs qui ont été extraordinaires toute la saison car on n’a pas gagné pendant 4 mois. Ils étaient quand même là aux entraînements, ce qui est assez compliqué. On a tous fait le maximum mais la marche était trop haute pour nous".

Un nouveau challenge s'est produit pour le technicien : Portes Entre Deux Mers. Mais ce n'est pas un hasard : "Denis Terrien m’avait dit que ce serait sa dernière saison. Je connais aussi Jean Luc Veyssy depuis plus de 30 ans. Il y a aussi Arnaud Hours que j'ai entraîné mais avec lequel j'ai un lien d'amitié. Il est désormais directeur sportif. Il y avait tous les voyants allumés pour que cela se concrétise. Cela a été vite fait. Je n’ai pas mis longtemps à me décider. L’aventure commence !".

Et, pour sa première préparation avec le club, il a pu vivre une préparation hors norme : "C’est quelque chose d'exceptionnel et il ne faut pas le banaliser mais ce n’est pas facile. Les gens voient la semaine en Corse mais les joueurs sont mis à rude épreuve, à 16 sous la tente, en se faisant à manger matin / midi et soir. Ce sont eux qui le font, ils ne vont pas au restaurant. Ce n’est pas pension complète, mais dormir par terre, s’entrainer 5 fois, faire un match, les activités.. C’est intense, pas de tout repos mais une belle aventure dans un lieu magique. Cela fait un moment que je suis sur les terrains de foot comme entraîneur et joueur et c’est la première fois que je vois ça. Une semaine à vivre tous ensemble, c’est quelque chose qui n'est pas simple. Ils ont vécu des choses qu’ils ne vivront peut être plus. Lors de ce stage, on se découvre et cela peut servir sur certains matchs, certains moments de la saison où en se rappelant les bons moments passés en Corse, la victoire sera là".

Pour sa première saison avec son nouveau club, Laurent Abribat dresse l'objectif : "installer le club en R1 car c'est un club tout neuf avec une seule saison en R1. Il serait bien de faire mieux que la saison dernière où ils ont fini 5e. On ne va pas se cacher maintenant entre ce qu’il se dit et se fait... Ce n’est pas dans les interviews que l’on gagne les matchs. Le terrain dictera si on est compétitif ou pas. Ce n’est pas le cas pour le moment car il y a nouveau coach, des nouveaux joueurs, un nouveau cycle. Il faut que tout le monde prenne ses marques".

Et tout le groupe, Laurent Abribat le premier, a hâte de retrouver la compétition, ce dimanche à Blanquefort.