© Journal Le Résistant

Est-ce que le FC Libourne pourra débuter sa saison en National 3 ? Tous l’espèrent après le faux départ de la semaine dernière et le déplacement à Bayonne annulé. Les Libournais avaient joué une semaine plus tôt contre Villenave dont un joueur a été déclaré positif quelques jours après. Ainsi, depuis le mardi 25 août, le groupe a été placé en quatorzaine, le temps que les tests soient réalisés. Comme tous sont revenus négatifs, les entraînements ont pu reprendre ce mercredi 2 septembre. L’entraîneur libournais va donc préparer son groupe, avec seulement deux séances d’entrainement après cette interruption. Pour les retrouvailles avec le National 3, ce sera un match à domicile contre Chauvigny qui sera au programme : « c’est une équipe qui a bien figuré en National 3 la saison passée. Elle a perdu son premier match à domicile elle aura donc un sentiment de révolte. Il faudra jouer sur notre fraicheur afin de reprendre petit à petit notre rythme de croisière ».

Cette reprise avortée arrive après une préparation qui a été mitigée : « les premiers matchs amicaux ont été compliqués et difficiles. On se trouve toujours des circonstances mais il ne fallait pas se cacher derrière. Il fallait réagir. A un moment de la préparation, j’étais énervé car il y avait un déséquilibre qui n’était pas normal. J’ai parlé au groupe et j’ai mis les choses au point. S’ils ne faisaient pas d’efforts, j’irai chercher des joueurs dans la réserve. Ils ont peut être moins de qualité techniques mais ils auront la grinta. Le groupe a su réagir et les résultats ont été meilleurs avec une victoire contre Bassin Arcachon et Villenave. La préparation des matchs amicaux est importante psychologiquement car on peut ne pas être serein à la reprise alors que j’ai un groupe supérieur à celui de l’an passé« .

Avec la montée et le confinement, qui a laissé le groupe à l’arrêt depuis le mois de mars, Franck Vallade a corsé la préparation : « elle a été plus dure et a été mal digérée mais quand on monte, il faut être plus exigeant. On a fait beaucoup de travail foncier et physique car on ne peut pas toujours travailler avec des petits jeux. Il a fallu pallier à l’inactivité plus longue à cause du Covid et remettre les organismes en route. Les quinze premiers jours, nous nous sommes entraînés tous les jours. Il y en avait besoin pour remettre les muscles et les articulations en place« .

Pour cette saison, l’objectif sera de se maintenir. Mais pas en regardant vers le bas : « Si on veut le maintien, il faut jouer le plus haut possible et tout peut arriver. Si la fenêtre s’ouvre pour monter, on le fera. Mais il n’est pas question de fermer le jeu. Je ne change pas de politique même si je sais qu’on va découvrir le niveau. On est compétiteur et on veut tout gagner. Je ne pourrais pas m’écarter car on a un groupe quantitativement faible mais avec une belle qualité. La baisse du budget fait que l’on ne peut pas se permettre n’importe quoi. On a bien ciblé les joueurs que nous avions besoin. Il y a aussi les jeunes car la politique de Libourne n’a pas changé avec la montée. Aux jeunes de montrer leur qualité« .