© Foot-Gironde.fr

Les président(e)s de district de Nouvelle-Aquitaine et le président de la ligue régionale se sont réunis ce lundi 26 octobre pour aborder les difficultés liées à la crise du Covid et à tous ses impacts assez hétérogènes d’un territoire à l’autre (matches reportés, vestiaires fermés, buvettes interdites, club-houses fermés, stades clos par arrêté municipal, gymnases interdits, couvre-feu,…) 

Cette visioconférence a fait suite à deux autres réunions qui ont eu lieu avec la FFF d’une part entre présidents de ligue régionale et d’autre part au sein du bureau du collège des présidents de district. 

« Evidemment, nous sommes pleinement conscients de l’inconfort matériel, de la peine morale, de l’érosion financière et des problématiques en tous genres subies par les clubs. Les retours du terrain sont nombreux et nous enregistrons, comme souvent, des avis mitigés quant à la poursuite des compétitions.

La trajectoire fédérale nous a clairement été résumée par les instances supérieures : dans l’immédiat et jusqu’à nouvel ordre – notamment édicté par les pouvoirs publics – les ligues et districts de football doivent faire en sorte de poursuivre les compétitions partout en France, sauf arrêté préfectoral l’interdisant. 

Partant de cette orientation, il n’est pas question pour la ligue et les districts de Nouvelle-Aquitaine de laisser leurs clubs à l’abandon sans se soucier de les aider. Plusieurs pistes sont à l’étude dont celle de soulager partiellement les clubs des frais d’arbitrage qui constituent des dépenses incompressibles alors que les recettes se font rares en face. Pour ce faire, nous en étudions cette semaine les modalités potentielles. 

Nous reviendrons donc vers vous en début de semaine prochaine pour envisager des solutions d’accompagnement à des clubs que nous savons en souffrance. 

Enfin, nous partageons un double message pour que la responsabilité s’accomplisse pleinement de part et d’autre. Autant il nous appartient de vous aider, de vous soutenir, de vous accompagner à franchir une épreuve face à laquelle nous sommes encore en pleine expectative au gré de l’évolution des décisions étatiques, nationales et locales, autant il nous faut aussi rappeler à toutes et tous que le non-respect des protocoles sanitaires (port du masque obligatoire, entre autres) et des arrêtés préfectoraux (ouverture de buvettes interdites ou de réceptions d’après-match), qui certes reste marginal, sont des freins aux arguments que nous avançons aux pouvoirs publics et qui ne manquent pas de clichés illustrant des transgressions manifestes. 

La période est difficile, incertaine, douloureuse pour toutes et tous ; ce n’est qu’en faisant valoir la solidarité des clubs, des licenciés et surtout des instances que nous pourrons aborder l’avenir avec davantage de sérénité. Une phase plus claire, plus agréable, arrivera, un jour, après cette période assombrie et tourmentée. Il nous faut y penser avec détermination et esprit d’entraide. Nous savons pouvoir compter sur vous ; comptez aussi sur nous ! »