© Marie-Laure Julian

L’annonce de l’officialisation de la reprise de la compétition de la coupe de France a été une vraie surprise pour Sébastien Navarri, entraîneur du FC des Graves. « J’avoue que je ne pensais pas jouer dans dix jours, surtout à la vue des circonstances actuelles vis à vis de la circulation du virus, indique-t-il. Je suis un peu désorienté mais on n’aura pas le choix. Je trouve ça ridicule de forcer l’organisation de ce match, juste pour respecter le calendrier des professionnels. La coupe de France est surtout une fête pour les clubs amateurs. Déjà, il y a le huis clos, puis les tests à organiser trois jours avant et le jour du match« .

Ce qui l’interroge beaucoup, c’est de préparer ce match en si peu de temps et dans le respect du protocole sanitaire mis en place par le Ministère des Sports : « A priori, il n’y aura pas de de dérogation afin que nous puissions nous entraîneur au-delà de 18 heures« . Il a participé à la réunion en visioconférence organisé par le président de la ligue, Saïd Ennjimi. Au cours de cette dernière, les clubs ont pu poser leurs questions, sans avoir de réponse puisque le président de la ligue les a fait remonter ce jour.

Côté certitude : sur le plan physique, le groupe du FC Des Graves ne sera pas prêts. Depuis l’autorisation de la reprise des entraînements – sans contact et dans le respect du couvre feu – tous les joueurs n’ont pas pu venir. Et les séances n’ont rien à voir à ce qui peut être proposé en temps normal. « C’est un peu le bricolage. C’est pour se défouler, pour garder le lien« , précise Sébastien Navarri. Alors, qu’en sera-t-il de l’intégrité physique des joueurs avec une seule séance dans les conditions habituelles avant le match ? « Je ne sais pas trop comment on abordera cette rencontre. On le jouera mais si on est éliminé, il faudra retrouver les entraînements sans contact. On est content de jouer ce match car il est important mais avec ces conditions, quels objectifs ? »