Soccer ball with mask due to air pollution or an epidemic. Protection from viruses, infections, exhaust gases and industrial emissions

Depuis le 14 septembre, la Préfète de la Gironde et de la Nouvelle-Aquitaine a interdit – jusqu’à nouvel ordre – l’utilisation des vestiaires. Les clubs ont tous fortement réagit à l’annonce de cette nouvelle. Si sur le week end du 16 et 17 septembre, le temps a pu adapter relativement facilement cette contrainte, le week end dernier, la tâche a été plus compliquée avec un temps de Toussaint.

Au terme de la réception de la réserve de Bassin Arcachon, Germain Maulun, entraîneur de la réserve de Libourne a manifesté son agacement d’avoir dû jouer un match dans ces conditions.

« Je veux pousser un coup de gueule car à un moment donner ça suffit !

Nous sommes à l’heure actuelle en train de tuer notre sport.

Recevoir des clubs (en l’occurrence Arcachon aujourd’hui) dans des conditions qui sont catastrophiques c’est vraiment aberrant.

Faire de la route pour jouer un match de football, pour le plaisir car nous ne sommes qu’en Régional 2 et ne pas avoir de vestiaire pour se préparer, échanger ou même simplement se réchauffer alors que nous avons les moyens de nous adapter c’est incompréhensible !

Soit on prend la décision de tout stopper soit on fait les choses normalement !

En fin de match, on ne peut même pas prendre une douche mais on va où ? Alors que la LFNA elle même dans le programme éducatif fédéral nous demande d’éduquer des jeunes sur le plan de l’hygiène et aujourd’hui ce n’est pas possible ?!

Là on parle du monde senior mais les jeunes ça va se passer comment ? Ils vont se changer dehors ?

Il va falloir qu’on m’explique comment on va faire quand le temps va vraiment se dégrader…

On va pas me faire croire que prendre une douche par 2 ou 3 joueurs c’est ça qui va déclencher l’augmentation d’une pandémie…

On demande sans arrêt des efforts aux clubs, aux bénévoles et aux acteurs du football et on ne peut même pas échanger un moment de convivialité alors que c’est l’essence même du sport en général, l’échange et les liens sociaux.

Franchement je suis vraiment écœuré !

Je ne parle que du plan humain car après au niveau sportif c’est pareil on veut jouer des matchs alors que dans notre poule avec le covid ou la météo etc … on est déjà à 3 reports par journée bref continuons comme ça … on est sur la bonne voie !«